Elle…

Nous étions là, il était 18h30…

Assise l’une en face de l’autre…

Son regard emplissait le néant de mes yeux, donnant naissance à des milliards d’étoiles aux piques acérés. Ils me traversaient le corps et me faisaient pleurer.

Elle me serrait contre elle, et déjà, mes ailes se déployaient.

Je m’envolais au dessus du monde, une fée noire collée à mon âme.

Son souffle raisonnait à l’intérieur de ma tête au même rythme que nos cœurs.
Branchés à mille amplis Marshall, ils battaient le Boléro de Ravel puis sans s’interrompre, Nothing Else Matters de Metallica. Ce changement radical de son créait un faux contact entre nous, rendant l’ensemble de mon être hypersensible.

Pendant ces quelques secondes où nous volions plus haut que la lune et sa jalousie, je devenais capable de tout voir et de tout faire.

Je me mis à transformer la réalité environnante en monuments oniriques. Je gommais nos vies, pour les redessiner avec mon sang. Elles devenaient plus fortes, plus profondes que l’ensemble des mystères régnant sur l’univers.

J’étais un Big Bang pimenté qui ne cessait d’exploser.

Réfugiée dans ses bras, je me sentais prête à affronter le monde, à être moi-même.

Publicités

6 commentaires

        1. Ça me touche beaucoup ce que tu me dis, l’écriture c’est assez nouveau pour moi donc ça m’encourage. Merci beaucoup beaucoup =D

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s