Histoire de coeur

wp_20150620_18_38_56_pro-2

La petite fille s’était faite belle pour retrouver son ami…

Pour l’occasion, elle avait noué ses cheveux bruns et mis son cœur dans une jolie petite boite à chaussures.
Elle l’écouta battre quelques instants, il était si calme, avec son rythme vital parfait.
Elle avait pris la décision de l’offrir pendant la nuit…
Se l’arracher n’avait pas été chose simple, il était si bien rattaché à son corps. Armée de ses grands ciseaux de couture, elle ne voulait surtout pas prendre le risque de l’écorcher.

Elle se mit en route mais au bout d’une quinzaine de minutes, elle trébucha sur des racines. Sa chute la projeta dans les ronces, elle y déchira sa jolie robe noire et la boite à chaussures. A l’intérieur, elle entendit son organe s’agiter.
Elle n’eu pas le temps de la ramasser, qu’un gang de pies opportunistes l’arracha au sol.
En leur courant après, Alicya entendit les volatiles se foutre de sa gueule et l’insulter de grosse cruche.
D’un coup, la boite imbibée de sang lâcha…
Le cœur tomba nu sur le trottoir.

La petite fille le saisi, le regarda et s’aperçut qu’il battait difficilement
Quelle mauvaise allure avait maintenant son si joli cadeau. Elle était fatiguée, prise de vertiges et de nausées. Elle se décida, tout de même de continuer sa peine…

A quatre pates, elle marcha, elle rampa.
Faisant trainer son cœur dans la poussière et dans la terre.

Elle se battait pour éloigner les ratons laveurs et les écureuils, commères tous trop moqueurs.
Son cœur pleurait, il s’essoufflait, s’abimait, plein de boue et d’épines
Il ressemblait à une mousse au chocolat périmée.

Après plusieurs heures de lutte, elle arriva à destination.
Elle s’assit pour reprendre son souffle mais son ami sorti de chez lui, passa devant elle et jeta à terre quelques pièces. Il ne prit pas la peine de la regarder, de la reconnaitre.

Son cœur, à cet instant précis, se brisa en mille morceaux avec l’envie d’en finir. Elle regarda une dernière fois sont reflet dans une flaque d’eau mais ne vit que peau grise et rides.

Et c’est dans ce caniveau, que jeune fille devenue vieille mendiante, son cœur si beau présent, maintenant sans valeur bâta le dernier rythme, de ce que fut sa vie.

——
Prendre une image sans autorisation, ça s’appelle du vol, demandez moi avant
Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s