Figure du temps

champs

parapluie

Le temps ne cessait de passer,
On avait pourtant l’impression de tout faire pour l’arrêter
Rien n’y faisait.

Il nous traversait,
Nous griffait de ses aiguilles,
L’ensemble de nos corps en portait l’emprunte aigüe.

Il nous donnait l’impression de nous faire tourner en rond,
Il nous broyait l’estomac,
Nous attrapait les tripes et ne les lâchait pas.

Finalement, il nous abandonnait là,
A moitié nus, au milieu des champs.
Sous la pluie, l’orage et le vent….

——
Toutes les photographies, images et textes sous lesquels s’affiche cette phrase sont considérés comme des œuvres de l’esprit et dans ce sens comme propriétés intellectuelles protégées par le droit d’auteur. Pour plus d’informations: Legifrance 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s