Soute interieure

Une idée qui germe, un besoin qui débarque subitement et qui fou le bordel dans le tic tac des secondes.

La regarder préparer ses affaires, un sac, deux pairs de chaussettes, du dentifrice, un peu d’amour.  Je pense à récolter un peu de son odeur dans un tube à essai pour les quelques jours qui vont suivre.
Dix-huit heures, gare routière, des bus, des valises qui s’affolent de partout et le vent froid.
A nouveau, par peur de manquer, reprendre une gorgée de son odeur.
Le contrôle du billet, la valise dans la soute et un dernier baiser pour la route.

J’ai refait le chemin inverse, ma musique dans les oreilles pour pallier le vide, les gens, le bruit et le silence, je ne suis pas sure de celui que je fuis le plus. C’est à chaque fois la même chose, la solitude qui s’installe et les émotions qui en profitent pour faire gonfler mon estomac. Il ressemble à une montgolfière trouée.  Je m’installe sur mon balcon avec un café très noir et espère avoir  l’énergie de tenir mon cerveau en laisse.
Je me laisse plonger les yeux fermés dans le volcan qui me sert de cœur. J’essaie de mettre des mots sur ce que je ressens. Il faudrait qu’un petit génie pense à  inventer un dictionnaire de traduction « sensation interne – langage verbal ».
Cet exercice est compliqué et rapidement le café se transforme en bière à la grenadine. Je tente de rester concentrée sur mon apprentissage mais mes pensées ont besoin de se dégourdir les synapses.
Je hiérarchise comme je peux,  je trie le trop du sur-trop que j’inscris dans un carnet. Je commence à frissonner, je lâche l’affaire, de toute manière je n’ai plus l’âme d’une écolière.
Je rentre, mes pensées recommence à couler dans tous les sens, elles sont envahit d’images de personnages, de photos et de choses à faire.
Je fais le tour de l’appartement, je me rappelle que je suis seule. Mon regard se pose dans les coins du salon, j’y croise mon croque mitaine, je l’invite à prendre l’apéro…

——
TOUTES LES PHOTOGRAPHIES, IMAGES ET TEXTES SOUS LESQUELS S’AFFICHE CETTE PHRASE SONT CONSIDÉRÉS COMME DES ŒUVRES DE L’ESPRIT ET DANS CE SENS COMME PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES PROTÉGÉES PAR LE DROIT D’AUTEUR. POUR PLUS D’INFORMATIONS: LEGIFRANCE 
Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s